Dépasser le capitalisme par le Commun

Les luttes récentes sont toutes marquées par la revendication du droit à l’usage et à l’accès. Il s’agit du droit à des ressources essentielles à la vie (eau, énergies, nature…), du droit au travail et à l’accès à l’outil productif, du droit à des ressources immatérielles, à la santé et à l’éducation. Ces revendications se heurtent de plein fouet à la propriété – privée comme étatique – qui transforme les ressources à la base de ces droits fondamentaux en capital lucratif et aliénable.

Ces dernières années nous ont montré combien le compromis n’est plus guère possible entre ces droits humains et l’existence même d’un capital qui décide l’orientation des investissements et des emplois. Non seulement le capitalisme n’est plus capable de porter le développement de la société, mais il est entré dans une phase où il détruit plus qu’il ne crée. Il n’y a plus aujourd’hui de possibilité d’aménagement du capitalisme ou de phase transitoire. Chaque lutte sociale ou écologique entre en contradiction avec le maintien du capitalisme tout en dessinant son dépassement.

Pour que l’humanité garantisse sa survie, l’usage et l’utilité sociale doivent supplanter le profit et la rétribution du capital. L’entreprise et l’échange ne peuvent être exclus plus longtemps du champ démocratique. L’évolution exponentielle des connaissances et des moyens de circulation des informations objectivent la nécessité de la mise en commun de la décision.

Dans ces luttes, de nouvelles formes d’organisation émergent : Coopératives, Amap, Monnaies locales, conseils d’habitants, Nuits debout… Dans ces initiatives, les comportements individuels se modifient et des prises de consciences s’opèrent. Les personnes concernées cherchent à s’organiser de façon démocratique et autogestionnaire pour gérer des ressources, ouvrant ainsi une nouvelle perspective politique, celle du Commun.

Cependant, l’addition et l’exemplarité de chacune de ces luttes ne suffit pas. Ces initiatives restent isolées et fragiles. Elles n’empêchent pas la société de se dégrader. Elles devront chercher à produire leur propre pensée et à devenir des alternatives au système capitaliste pour toute la société.  Elles  fixeront comme objectif de toute action immédiate, l’appropriation collective des pouvoirs sur le devenir commun ; ce qui implique aussi de s’émanciper de toute tutelle étatique. A partir de cette démarche peut se poser de manière nouvelle la construction de divers outils de financement et de ressources nouvelles à l’usage des intéressés, travailleurs ou usagers.

Dans le contexte de la mondialisation, si le cadre national reste un cadre pertinent de luttes et de conquêtes sociales, il doit désormais être appréhendé dans une logique de dépassement de l’État-nation et de construction d’un nouvel internationalisme basé sur la perspective du Commun. N’est-il pas urgent que les luttes et actions produisent elles-mêmes cet horizon ?

L’OMOS (Observatoire des Mouvements de la Société)

http://omos.site.free.fr/

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *