Jack London, un écrivain prolétaire incontournable

Nombre de ses textes sont lus et mêmes étudiés dès la primaire: Croc blanc, L’appel de la forêt, etc. Mais beaucoup d’adultes ignorent le Jack London politique, le socialiste passionné sympathisant du syndicalisme révolutionnaire naissant, ce Jack London qui a écrit le Talon de fer, Coup pour Coup, Le peuple de l’abîme ou encore Grève Générale.

Article écrit en 1904, « The Scab » (le « jaune », terme péjoratif pour désigner le « briseur de grève » ou celui qui ne fait pas grève) est une pépite qui montre l’engagement de Jack London en faveur de la lutte des travailleurs:

« Après que Dieu ait fini de concevoir le serpent à sonnette, le crapeau et le vampire. Il lui resta un peu de matière immonde pour fabriquer le jaune.

Un jaune est un animal à deux pattes avec une âme en tire-bouchon, un cerveau fait d’eau, un squelette composé d’une combinaison de gelée et de colle. Là où d’autres ont des cœurs, il porte une tumeur de principes pourris.

Quand un jaune descend dans une rue, les hommes lui tournent le dos, les anges pleurent dans le ciel, et le diable ferme les portes de l’enfer pour le garder dehors.

Aucun être humain n’a le droit d’être un jaune aussi longtemps qu’il y’a une piscine contenant assez d’eau pour noyer sa carcasse dedans, ou une corde assez longue pour se pendre avec. Judas était un gentleman comparé à un jaune. Pour trahir son maître, il a eu assez de caractère pour se pendre ensuite. Un jaune ne l’a pas.

Esaü vendit son droit d’aînesse pour un plat de lentilles. Judas a vendu son Sauveur pour trente pièces d’argent. Benedict Arnold a vendu son pays en échange d’une promesse d’une place dans l’armée britannique. Le jaune vend ses droits, son pays, son épouse, ses enfants et tous ses semblables contre une fausse promesse de son patron.

Esau était un traître à lui-même ; Judas était un traître à son Dieu ; Benedict Arnold était un traître à son pays ; un jaune briseur de grève est un traître à son Dieu, à son pays, à sa famille et à sa classe. »

Pour trouver les plus politiques des romans de Jack London, allez faire un tour sur les éditions Libertalia: http://editionslibertalia.com/spip.php?page=recherche&recherche=jack+london

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *